Apaiser l'anxiété n°4: Repérer les ancrages négatifs

Dernière mise à jour : mai 31

Aujourd’hui en tant que praticien en hypnose, j’ai à cœur de partager avec vous des méthodes simples pour vous aider au quotidien à prendre soin de vous en gérant au mieux le stress ambiant, l’anxiété et les émotions négatives dont nous pouvons être victime.


La plupart du temps, l’anxiété et les émotions négatives sont accentués par l’accumulation. Il y a trop de causes de stress, d’émotions négatives dans notre vie. Il peut donc être intéressant de faire le tri entre ce qui est une cause d’anxiété dans notre vie réelle et ce qui est le produit des projections que nous faisons.


Régulièrement, vous trouverez des articles avec des exercices à tester chez vous et que je mets à votre disposition. Evidemment ces exercices ne remplacent pas une séance de thérapie complète et personnalisée mais ils permettent d’apporter une bouffée d’air dans votre quotidien.


Plus on pratique un exercice , plus il est efficace et simple à faire.


Bonne lecture.

Thibaut




Les ancrages négatifs peuvent être source d’anxiété, de stress dans notre quotidien. Ils sont souvent présents sans que nous en ayons conscience. Il peut être utile de les repérer, de comprendre leur fonctionnement pour agir dessus et s’en libérer.


Qu’est-ce qu’un ancrage ?


Le terme d’ancrage est utilisé pour parler d’un stimulus, quel qu’il soit, qui nous procure automatiquement une ou plusieurs émotions. L’ancrage est positif si l’émotion déclenchée nous fait du bien et négatif si l’émotion déclenchée nous fait du mal. Nous en créons régulièrement, sans en avoir conscience.


Il va être très utile de pouvoir repérer les ancrages négatifs, car ils sont source d’anxiété et de stress sans que nous y fassions attention. A partir du moment où nous les avons repérés, nous pouvons agir dessus.


Pour vous donner quelques exemples, imaginons une montre qui m’a été offerte par quelqu’un que j’aime. Ce cadeau a suscité beaucoup de joie quand on me l’a offert et je le regarde souvent avec bonheur. Dans ce cas, j’ai créé un ancrage positif sur ma montre, la regarder me fait du bien.


Inversement, imaginons maintenant que j’ai entretenu de très mauvaises relations avec une personne prénommée Brad, il est fort possible que le prénom « Brad » me procure une ou plusieurs émotions négatives dès que je l’entends. Dans ce cas, l’ancrage est négatif.


Un ancrage sera d’autant plus puissant que l’émotion liée sera forte et que l’association entre le stimulus et l'émotion se reproduira souvent.

Il pourra également être beaucoup plus puissant s’il y a un « empilement d’ancres », c’est-à-dire que plusieurs émotions négatives se sont accumulées sur un même stimulus.

Nous créons donc des ancrages à partir de stimuli divers et ils sont très nombreux dans notre vie.


Prendre conscience de vos ancrages


Pour prendre conscience de ces ancrages, il est intéressant d’être attentifs à nos propres émotions.


● Le plus simple, pour commencer, étant de regarder, chez vous, les objets qui vous procurent une émotion. Si vous percevez une émotion négative en observant un objet, vous pourrez alors vous demander ce qu’il y a lieu d’en faire: le jeter, l'éloigner du regard,...


● Une fois passés en revue les objets de votre logement, par exemple, vous pouvez également passer en revue les moments d’une de vos journées classiques et voir ce qu’il y a lieu de faire pour les moments qui vous procurent une émotion négative.


● Puis, observez les ancrages dans les lieux que vous fréquentez, dans la vie de tous les jours. Vous pourrez même parvenir, avec de l’entraînement, à percevoir les mots avec lesquels vous avez créé un ancrage négatif.


Plus vous les repérerez, plus il vous sera facile de les repérer et plus vous identifierez également les ancrages subtils.


Agir sur vos ancrages


Au fur et à mesure, en percevant ces ancrages négatifs dans votre vie, vous pourrez vous débarrasser de beaucoup d’entre eux.


Tout d’abord, il faut comprendre que plus un ancrage est activé, plus il est puissant. Moins il est activé, moins il a de puissance.

Par exemple, si une situation qui me procure une émotion négative se reproduit tous les jours, l’ancrage négatif se renforcera. Si, par contre, j’ai repéré cet ancrage et que je peux éviter d’être dans cette situation, l’ancrage perdra petit à petit de sa puissance.


● Pour les ancrages plus légers, le simple fait de remarquer leur existence suffit souvent à les faire disparaître.


● Pour certains autres, vous pouvez agir concrètement : en évitant de reproduire une situation à laquelle vous avez associé un ancrage, en évitant un lieu ou un objet qui contient un fort ancrage négatif pour vous, en ajoutant du positif sur l’ancrage négatif, …


● Pour les plus puissants par contre, vous pouvez vous faire aider par un thérapeute car la plupart du temps, dans ces cas-là, l’ancrage est une manifestation d’un problème plus profond.

Créer des ancrages positifs


En hypnose ericksonienne, l’ancrage positif est un outil précieux car il va permettre au sujet de trouver une ressource pour surmonter des difficultés. Il arrive souvent, durant une séance, que le praticien vous invite à “poser un ancrage positif” qui associe un geste, par exemple, à un empilement d’émotions positives. Vous serez libre, après la séance, de réactiver ou non cet ancrage.


Sachez que vous pouvez, vous aussi, créer vos propres ancrages positifs en prenant une situation répétitive du quotidien qui ne vous procure, à priori, aucune émotion particulière et en y associant consciemment une émotion ou plusieurs émotions qui vous font du bien.


Prenons par exemple une personne qui se verse un café tous les matins, juste après le réveil. Elle peut associer une impression de paix, de réveil tranquille, au bruit du café qui coule dans la tasse ou au geste de le verser.


Prendre conscience de certains de vos ancrages peut donc s’avérer une belle possibilité de regarder autrement votre quotidien et de retrouver un certain pouvoir sur la manière dont vous le vivez.



A lire aussi :

Apaiser l’anxiété n°1 : observer le ressenti

Apaiser l’anxiété n°2 : évaluer l’influence des médias sur notre humeur

Apaiser l’anxiété n°3 : apprendre à découper sa journée en actions distinctes

Apaiser l’anxiété n°5 : transformer les contretemps en expériences

55 vues0 commentaire