Apaiser l’anxiété n°6 : Observer les parties en opposition

Aujourd’hui en tant que praticien en hypnose, j’ai à cœur de partager avec vous des méthodes simples pour vous aider au quotidien à prendre soin de vous en gérant au mieux le stress ambiant, l’anxiété et les émotions négatives dont nous pouvons être victime.

La plupart du temps, l’anxiété et les émotions négatives sont accentuées par l’accumulation. Il y a trop de causes de stress, d’émotions négatives dans notre vie. Il peut donc être intéressant de faire le tri entre ce qui est une cause d’anxiété dans notre vie réelle et ce qui est le produit des projections que nous faisons.

Régulièrement, vous trouverez des articles avec des exercices à tester chez vous et que je mets à votre disposition. Evidemment ces exercices ne remplacent pas une séance de thérapie complète et personnalisée mais ils permettent d’apporter une bouffée d’air dans votre quotidien.

Plus on pratique un exercice , plus il est efficace et simple à faire.

Bonne lecture.

Thibaut



Lorsque nous rencontrons des difficultés, il nous arrive de ressentir une tension intérieure, comme si quelque chose devenait plus dur, se crispait.

Lorsque cela arrive, il s’agit très souvent de deux ou plusieurs parties de nous qui sont en conflit. Par partie de nous, j’entends une part de nous qui porte une volonté.


Par exemple, on peut imaginer qu’une personne qui entreprend un régime sera souvent en contact avec la partie d’elle-même qui veut absolument maigrir et celle qui cherche du réconfort dans la nourriture.

Ou encore une personne qui ne se sent pas bien au travail peut être en contact avec une partie d’elle-même qui veut garder une sécurité financière et une autre qui veut fuir un contexte de travail nocif. Ces parties-là entreront très certainement souvent en conflit.


Le sentiment de tension sera d’autant plus fort que nous réagissons à ce conflit en essayant de forcer l’une des deux parties à céder. Dans ce cas, si j’ai mangé un morceau de chocolat, par exemple, je me sentirai certainement coupable vis-à-vis de la partie de moi qui veut maigrir et cela augmentera la tension. Inversement, si je ne cède pas à mon envie de chocolat, elle reviendra encore plus forte la fois d’après et cela aussi augmentera la tension.


Alors comment s’en sortir ?


Il faut comprendre que chacune de ces parties de nous, même si parfois nous en détestons certaines, sont là pour une bonne raison. Elles restent là tant que nous avons besoin d’elles, même si leur raison d’être est obscure ou perdue dans le passé. Si nous n’en avions pas besoin, elles seraient parties depuis longtemps.


Il est souvent utile de prendre le temps d’observer chacune des parties sans mettre de pression, sans émettre de jugement. L’idée étant d’arriver à reconnaitre le but précis de chacune des parties et en quoi cela est important pour nous.


Les parties observées auront forcément pour objectif quelque chose qui nous est utile. Il ne s’agit donc pas que l’une des deux parties « gagne » et que l’autre disparaisse mais plutôt que les deux cohabitent. En observant puis en acceptant cela, il devient plus facile de « prendre soin », de laisser une place à chacune de ces parties. Et il devient plus facile pour ces deux parties de coexister, de faire des concessions, voire de trouver une sorte de compromis car nous leur laissons de l’espace. C’est cet espace qui permettra de diminuer et pourquoi pas d’apaiser la tension.


En pratique, pour revenir à l’exemple d’une personne qui fait un régime :

à la partie qui cherche du réconfort dans la nourriture pour commencer :

- prendre le temps d’observer quel est son but (se faire plaisir, se réconforter, se récompenser, …)

- en quoi le fait de se faire plaisir, se réconforter, se récompenser, … est important pour moi? (n’hésitez pas à creuser).

- suis-je prêt(-e) à accepter de laisser une place à cette partie de moi ?


à la partie qui veut maigrir :

- prendre le temps d’observer quel est son but (être en meilleure santé, se sentir bien dans son corps et avec son corps, …)

- en quoi le fait d’être en meilleure santé, de se sentir bien dans son corps et avec son corps, … est important pour moi ? (là encore n’hésitez pas à creuser)

- suis-je prêt(-e) à accepter de laisser une place à cette partie de moi ?


Les situations de tension, de pression génèrent souvent une certaine confusion. Le fait de pouvoir ouvrir de l’espace dans ces situations permet non seulement de se sentir mieux, mais aussi de mieux percevoir les possibilités, les opportunités qui s’offrent à nous et par conséquent, d’amener encore plus d’espace dans notre vie.


A lire aussi :

Apaiser l’anxiété n°1 : observer le ressenti

Apaiser l’anxiété n°2 : évaluer l’influence des médias sur notre humeur

Apaiser l’anxiété n°3 : apprendre à découper sa journée en actions distinctes

Apaiser l’anxiété n°4 : repérer les ancrages négatifs

Apaiser l’anxiété n°5 : transformer les contretemps en expériences


20 vues0 commentaire